14.9.12

Trop brève bouffée de Tunisie d'antan

DI STEFANO Rosaire "A FLANC DE BOU-KORNINE" extrait



"Mais c'est le souvenir le plus triste que je remporte en m'éloignant de ce lieu pour la suite de notre périple.
"Ce souvenir, c'est le dernier bain que j'ai voulu prendre avant mon départ définitif, avant mon exil. J'étais venu seul, la veille de mon embarquement qui devait m'emmener vers un monde hostile et inconnu. J'ai pris ce bain sans plaisir. J'avais froid en ce mois d'octobre pas comme les autres. J'étais là par devoir. Je me rappelle que les vagues s'étaient mises en travers et que le courant, très fort, me refoulait vers la FREGATE comme pour en finir, comme pour hâter ma sortie et me signifier mon congé.
"J'avais, en somme, fait le même geste que ces vacanciers du "club Méditerranée" qui, à l'heure du retour, vont piquer une tête pour profiter d'un dernier bain. Oui... Mais moi, putain de la misère, je n'ai pas piqué de tête ni profité du bain. J'étais venu là pour pleurer dans cette eau qui me glaçait le coeur. Cette mer était le plasma de ma vie. On ne profite pas de son plasma. On vit et on meurt avec, non ?
"Je n'étais pas, en tout cas, un vacancier venu passer quatre générations de vacances payées. Tout bâtard mérite le titre d'enfant naturel. Je suis donc enfant naturel de ce lieu.
"Ce fut une rupture amère. Seul sur cette plage désespérément déserte, je savais déjà que mon désespoir allait se noyer bientôt dans un amas d'indifférence, comme mes quelques larmes dans cette mer qui n'a rien fait pour me retenir."
Mes extraits de hasard ne m'ont pas permis de vous faire partager mes rigolades, toutes les farces des bâtards en culottes courtes - il faut me croire sur parole et mieux encore lire A flanc de Bou-Kornine par Rosario di Stefano, livre auto-édité, leçon d'humanité, sans reniflements d'éloquence - une bonne dose revigorante d'humanisme, sans lamentations. Une enfance gorgée à ce point de soleil, de rire et d'amour vous forge pour le restant de vos jours et quelles que soient vos épreuves un optimisme inébranlable...

Aucun commentaire: