23.2.13

Castrons, castrons, qu"un sang impur...

Bien sûr, j'ai appris aussi la façon de me comporter à l'égard d'un groupe, j'ai appris mon métier. Mais je viens juste de m'en rendre compte, à la retraite, et de bien mauvais gré. La beauté ? les élèves ne sont beaux qu'à la dérobée. Pas vraiment de quoi se sentir humble. Mesquinerie, lâcheté, hostilité, indifférence – voilà, je le répète, ce qu'ils m'ont appris. Ils m'ont appris aussi ma supériorité d'âge, d'expérience, de quantité de savoir. Si vous laissez en effet l'initiative aux élèves, ô belles âmes, votre cours n'existera plus, car leur seule envie est de s'en évader pour taper dans un ballon ou se gouiner entre copines. Vous ne tirerez rien, jamais rien, d'élèves livrés à eux-mêmes. X Avant son simulacre d'exécution, le père Moiln'œud avait proclamé (voyez l'impudence !) : “Je crois qu'à de rares exceptions près les filles m'ont été reconnaissantes de mes obsessions; de me faire le complice de leurs plaisirs les plus secrets, les plus accomplis - destinés d'ailleurs à le demeurer pour le restant de leurs jours ; toutes les femmes vous le diront : rien de tel qu'une bonne branlette entre copines.” (Quatre-vingt quinze fois sur cent / La femme s'emmerde en baisant – Brassens). « La forme du sexe de la femme (je cite le père Moil'nœud) suggère le retour, la réingestion. » Ce monstre désespérait, tout farouchement hétérosexuel qu'il fût, que pût exister un sexe si différent. C'était son dépit, son angoisse. Et s'il ne pouvait absolument fusionner avec ce sexe, au moins qu'il lui fût possible (écrivait-il) de le bouffer, de s'y « renfouir », dans la mère, dans la sœur, d'y creuser à l'infini – s'englober, s'engloutir, pour que le monde, enfin, vous foute la paix. De retourner dans une mère, la sienne ou n'importe laquelle, avant le bombardement de Noisy, où j''éprouvai moi-même à moins cinq mois mes premières terreurs. “Et qu'on m'enlève à moi » disait Moil'Nœud « ce disgracieux scrotum, ce fétu dérisoire. Qu'on me tranche tout. Qu'il n'y ait plus chez moi que le trou du cul, l'engloutisseur. Au nom, disait-il, des promesses non tenues.” Or les femmes, que je sache, n'ont jamais rien promis.  Le verdict fut de vingt ans fermes incompressibles. Il existait à Vorkhouta un bagne, fraîchement remis en état, où bon nombre de ces porcs judicieusement dénoncés par les Anciennes Elèves Humiliées, l' « A.E.H. », dont nous avons tous en mémoire les campagnes salutaires (les Commandos de Réhabilitation), disparurent sous le knout, et nous chercherions en vain là-bas leurs sépultures sous les pubescences du lichen arctique. Mais l'on a suggéré çà et là, dans les milieux libéraux, qu'une longue rééducation pouvait donner des résultats, qu'une réinsertion sociale eût pu s'envisager. « La chose, murmurent-ils, n'eût pas été inenvisageable » - nous nous permettrons, quant à nous, d'en douter.... Crime et châtiment Sa peine inexpliquablement commuée, le père Moil'nœud fut pendant la guerre salubrement mutilé par les femmes, compissé jusqu'en pleine gueule, que d'autres maintenaient ouverte, conchié, puis savamment castré. Les filles, si copieusement, si ordurièrement souillées, lui avaient infligé le traitement qu'obscurément il souhaitait. Elles n'avaient pas toutes apprécié sinon tant de mépris, du moins “tant de connaissances” disaient-elles. Je me souviens très bien qu'en ces temps reculés, toute allusion si légère fût-elle au plaisir solitaire des femmes ne récoltait qu'un regard soudain terni, ostensiblement inexpressif, accompagné de l'exaspérante formule “Je ne comprends pas ce que vous dites”, répétée à satiété, avec la plus obtuse mauvaise foi et la tête qui va avec, jusqu'à susciter l'envie de les étrangler. Il va sans dire que le supplice et l'assassinat du père Moil'nœud (sauvagement déchiqueté) fut amplement mérité ! Dieu me garde d'y ajouter le moindre commentaire ! Je répète d'ailleurs qu'un traitement de cette sorte fut très certainement conforme à la fine fleur des fantasmes inavoués de ce vieux salaud. On ne parle pas de masturbation à de futures femmes, à de futures mères, constituant la meilleure part, la plus digne et la plus sacrée de l'humanité. Voyez par conséquent, amis lecteurs, où mènent les investigations indiscrètes. Bannissez-les. Empêchez à tout prix qu'on s'y livre. Car elles impliquent la soumission des femmes, leur ravalement ; l'estampillage du sexe à grands coups de tampon comme une vulgaire viande d'abattoir homologuée par la commission vétérinaire. Vous voyez, Messieurs : on commence par les juifs, on finit par les arabes ; on commence par les femmes, on finit par les hommes. Moil'nœud pouvait terroriser, fasciner. Il représentait le stade suivant, la pourriture où nul n'accédait, l'étage au-dessous même des cercles de l'enfer.

Aucun commentaire: