10.12.15

Le cantique de Memeia

    Couverture sombre, d'un bleu gris passé. Le titre en capitales blanches au centre d'un cercle également blanc : Le cantique de Meméia dans l'édition française.  En brésilien, c'est "Le moineau est un oiseau bleu". Ici donc un bleu fuligineux, quasi sfumato, à peine éclairci en descendant les motifs de la page. C'est d'abord un livre ou une brochure, ouverte, montrant d'un côté une brave fille qui s'exhibe, en soutien-gorge au ras des aréoles et culotte en V couvrant à peine les genitala, faisant tout son possibe, jambes écartées sur un drap froissé, pour avoir l'air d'une pute (tête renversée, longues chevelure négligemment bouclée), bras dans le dos écartant un corsage noir, et de l'autre, à notre droite, une vierge couronnée à la tête baissée, plus enveloppée de voiles qu'on ne peut faire, au centre d'une mandorle sur fond d'étroite "gloire".     Le contraste voulu se voit contredit par ce camaïeu de vleus, suggérant fortement une assimilation de la sainte à la prostituée, d'autant plus que le sexe à peine voilé de la partie gauche s'épanouit innocemment pourrait-on dire dans la forme même où s'inscrit la Vierge aux yeux modestes. Opposition lourdement confirmée par les trois lignes qui se lisent à la verticale, en bas, "Où vas-tu, espèce de pute ? / Tu cherches la porte / d'entrée du couvent ?" - calées vers le haut : ligne haute, ligne courte, ligne moyenne. La collection s'intitulant, bleu clair, "Les alllusifs" (027)", ) en verticale aussi contre le rebord droit de la couverture, le spectateur s'interroge sur la violence contradictoire d'un tel exhibitionnisme : il ne pourra se justifier que par l'ironie cinglante, d'ailleurs désamorcée par son outrance même, ou le recours délibéré à l'esthétique baroque, dont la désignation remonte à la langue portugaise.
    L'autrice est mentionnée dans les mêmes caractères blancs criards : HELONEIDA STUDART, identité hybride helléno-saxonne, accompagnée de celle des traducteurs (en italiques "Traduit du portugais par" / "Paula Salnot et Inô Riou" en script droit - il est rarissime de rendre ainsi hommage aux essentiels passeurs d'une langue à l'autre). La brochure présente deux bas de page aux caractères indistincts  sur trois colonnes chacun, surmontées de six titres donc ou motifs en tout, sans doute en caractères hébraïques. Donc : oppositions du cercle et des horizontales, heurts avec les verticales, du blanc au camaïeu bleu, du vocabulaire ("cantique,espèce de pute, couvent") : et ce sera, finalement, une oeuvre imprégnée de nostalgie nappant de son blues une vive torsion de frustrations sexuelles et de superstitions contraignantes : Brasil do Nordeste...

Aucun commentaire: