23.3.16

Cauchemars, et autres



53 06 26
    Trois cauchemars.
Dans une maison, un appareil électronique ouvre et ferme les mâchoires sur des bijoux qu'elle contient, en avançant tout seul vers nous dans le couloir. Il répand de l'eau et crève les parois. J'appelle David qui ne peut le maîtriser. Une autre boîte commence à présenter les mêmes symptômes; la plinthe du mur commence à se trouer.
? Sonia, la mort ? le plus horrible de tous.
  Dans un café aux tables qui se touchent et devant uen nombreuse clientèle, Annie confirme qu'elle n'a plus rien à me dire et à tout jamais, ainsi que je le lui demande, et pour moi il en est de même. Bouleversé, je vais attendre avec d'autres en face d'un portail fermé, en bois vermoulu dont je ne suis pas sûr qu'il ouvre. C'est un gigantesque magasin d'antiquités, avec une quantité de livres que je feuillette, et une table à bijoux que je palpe si longuement que la tenancière vient m'en ôter un, énorme. Et tant d'autres choses...

53 07 08
   
    A)  Sur un marché je décharge des cages avec un patron. Mais je tarde, j'ai garé ma voiture trop près de la sienne, on doit poser les cageots dans un espace étroit, ou alors, comme il l'a déjà fait, de l'autre côté de la voiture. Il manque me dire d'arrêter de ramasser tout : « Après ça ils vont prendre le goût de l'asphalte, c'est déjà presque trop tard ! » Il ronchonne comme un connard de travailleur manuel.
    B)  Avec une Portugaise je visite des monuments en marbre rouge, occupés par une foule considérable. Nous essayons de déchiffrer les inscriptions en lettres d'or qui s'y trouvent. Cela fait deux tombeaux à la file. Je retourne chercher ma Portugaise, c'est en partie Annie, agenouillée, qui prie, les bras sur une balustrade. Tout cela est censé se trouver à Bordeaux.

53 07 10

    A un bureau d'agence, Annie et moi demandons une étudiante pour loger dans une pièce qui ne nous sert pas afin d'avoir de la compagnie. Cette pièce est ouverte, bien tenue, et la femme agent immobilier peut la voir de son bureau, à l'intérieur du même étage.

Aucun commentaire: