16.6.17

Crébillon Les égarements

Mesdames et chers Messieurs, je vais vous infliger un cours sur les imparfaits du subjonctif. Il faut mourir pour l'imparfait du subjonctif, parce que c'est la France, les Espagnols tiennent beaucoup à leur subjonctif, et ne sont pas plus sots que les Français. Savez-vous de quel ouvrage I am going to tell you ? About "Les égarements du coeur et de l'esprit", ouvrage du XVIIIe s. écrit par Crébillon le fils. Et le père ? direz-vous. Il écrivit, quant à lui, des tragédie où l'on s'assassinait fort. Le fils écrivit "Le Sofa" et d'autres ouvrages, appelés "licencieux" par les encyclopédies, qui n'y connaissent rien.
En fait, "Les Egarements du coeur et de l'esprit" auraient une place non négligeable auprès des "Liaisons dangereuses" de Choderlos de Laclos, nettement moins sulfureux que ce célèbre roman par lettres, et moins érotique à coup sûr que Sade. C'était le temps où les nobles et les riches bourgeois, ne sachant que faire de leur temps, inventaient des subtilités délicatissimes à leurs sentiments et livraient à leur public des raffinements du nombril du coeur auxquels nos flirteurs rapides du XXe siècle ne verraient pas d'intérêt.
Tout se passe extrêmement moralement, dans le meilleur des mondes richissimes et aristocratiques, maniant une langue d'une complexité, mais aussi d'une précision psychologique telles que nos écrivains modernes font figure d'écoliers barbouillés d'encre. Qui tient la langue tient le pouvoir, et c'est ici parfaitement illustré. Un imparfait du subjonctif par page ? Nous sommes loin du compte, mettons-en trois pour le moins, qui me font glousser d'aise.
Cela va de pair avec une conduite extrêmement codée, particulièrement pour l'amour. Les femmes, paraît-il, dans ce monde dissolu, sont faciles ( n'oubliez pas que c'est un homme qui écrit, ce qui relativise tout, mais nous sommes en pleine littérature, en plein sanctuaire de la littérature même...), faciles donc, mais demandent comme de nos jours d'ailleurs à ce que l'on fasse un parcours du combattant, pardon, du candidat amant, sans faute.

Aucun commentaire: