Articles

BLOCKHAUS B

C O L L I G N O N
B L O C K H A U S B





« Cette pluie m’emprisonne. Je ne peux plus atteindre les arbres. » Il y a son nom sur l’enveloppe. « ...la prairie s’est détrempée jusqu’au centre de la terre... » Les oiseaux croassaient de toutes leurs forces. Il pleut depuis le premier du mois. « Si j’avais de bonnes bottes, je pourrais remettre la lettre : c’est le même nom, mais ce n’est pas moi . » S’il traverse la prairie – le champ de boue, le cloaque – il deviendra une masse informe. Au mieux le vent l’encroûtera. Et puis, de l’autre côté des arbres, il y a le Fleuve. « Celui qui porte mon nom a besoin de cette lettre. Plus que moi. La lettre, à moi-même, n’apportera que des tourments . » Il habite loin, loin, au sec, dans son dos : Formán Tikhonovitch Biédrinine Blockhaus B « Je ne suis pas cet homme. » Les corbeaux dans le ciel font et défont des cercles noirs. Il tend les bras comme un fusil : « Pan ! Pan ! »