Articles

Affichage des articles du juillet, 2012

J'étouffe mais je ne m'ennuie pas

Image
Le vigile armé fait glisser la grille et je marche au jugé sur huit cents mètres vers le ramdam ; débouchant au fond d'une cour d'hôtel où trois rappeurs macaques piétinent une grosse estrade en braillant La eroina Que ilumina au-dessus d'un grouillement fébrile - ne pas montrer surtout mon short ni mon âge ça sent la baston grave partout sur des panneaux Aborto libre y gratis – Abolición de la policia y del ejercito – de la police et de l'armée plus du capitalisme asesino "contre tous racismes et xénophobies" - s'ils me repèrent moi le Français de 48 ans sûr que je me fais casser la gueule au nom de la tolérance et de la liberté entre Espagnols de souche et du même âge. Dans l'abominable bordel je demande une bière mais il faut retirer Dieu sait quel ticket de coopérative à je ne sais qui partout ça hurle je me passe de boire Es total Una maquina más Para destruir et poum-poum-poum et poum-poum-poum

Les grandes heures d'un enseignant déjanté

Image
Hunde (« Deschiens ») se souviendra toujours de ce grand moment de déconage dirigé. Du grand art, en vérité. Hunde, 16 ans : “Arrêtez ! ...de vous fatiguer - ça fait longtemps que nous avons compris - que vous nous aimiez... ! » Son père est venu me voir. « Souviens-toi de tes origines ! Pense à ton nom  ! » Alsacien, et juif, Hunde. Je l'ai suivi dans un couloir en emboîtant mes jambes dans les siennes, vieille farce militaire : « Alors, on joue au docteur ? » Simple boutade et non réelle proposition, bien sûr – mais il paraît, il me l'a dit plus tard, qu'elle lui avait causé un trouble sensuel extrême. Il détestait les futures mémères petites-bourgeoises de la classe. Avec Kocher, inséparable. « Deschiens » et « Cuistot »... C'était le seul représentant de la famille Kocher, célèbre dès avant la Révolution, celle du fameux chimiste . Il s'était préparé pour une scène de Marivaux, puis désisté, l'un des rares garçons volontaire, au tout dernier mo