Articles

Affichage des articles du août, 2012

Roch Hachana

Image
  TIRE DU "PETIT LIVRE DES GRANDES FETES RELIGIEUSES" AUX EDITIONS DU BORD DE L'EAU, DEUXIEME VERSION AUGMENTEE PREVUE POUR DANS UN SIECLE MAIS DISPONIBLE SUR INTERNET PARCE QUE AUTREMENT JE SERAIS MORT DATES En 2010, Roch Hachana se célébrait les 9 et 10 septembre (5771) 2011 (5772) : 29 et 30 octobre 2012 (5773) : 17 et 18 septembre On rappellera que la fête de Roch Hachana n'est pas observée par les caraïtes, qui observent strictement la Torah, rejetant la tradition rabbinique. RITES, LITURGIE En souvenir justement du bélier que l'ancêtre Abraham sacrifia en lieu et place de son fils, la sonnerie du chofar (corne de bélier) (qui retentit pour la première fois ce jour-là) revêt une importance primordiale. Cette sonnerie est aussi caractéristique de la religion juive que celle des cloches pour le chrétien, ou l'appel du muezzin pour le musulman. Mais plus encore, dans la religion juive, elle représente l'apogée du sentiment originel

Passe-moi un flingue...

Image
Sieurs Dames, chers membres du jury, c'est avec une joie profonde, intense et hiomètre que je vous annonce un étrillage en bonnet de forme, dont M. Ké fera l'effraie, à l'occasion de ses "Réflexions pour un adolescent". Ce livre fut édité Allah "Pensée Universelle" pour la modique somme de trois briques anciennes comme on dit à Evreux et sans diffusion. Ca w'appelle le "compte d'auteur", il y en a encore qui aiment jeter leur argent par les fenêtres, la prochaine fois que tu auras trois briques à brûler Ké tu me les files, j'ai mes pneus avant à changer. L'ouvrage se présente sous forme claire, en barres, dans un langage accessible à un garçon, sous des rubriques nettement classées. Voici le titre de quelques chapitres : - Le principe du bien - Le raisonnement - Le bien et le mal ; vues générales - ...vues particulières - Le travail - L'intelligence - Des modes - Egalité et diversité - D

Draguer ou se faire draguer, là est la question

Image
Autre motard qui m'indique la route, introuvable. Je n'ose une fois de plus ni rectifier la chose ni consulter la carte. La route se rétrécit, enchaîne montées, descentes, "interdiction"s "de doubler", sans aucune indication. Je longe la Sierra del Peral, je parviens à San Carlos del Valle. Dormir ici, le long du trottoir, semble aussi incongru qu'au centre d'une salle à manger, au milieu d'une foule grouillante. Il y a des pompiers, des ceintures rouges, des villageois entre eux. La fatigue et les 38° m'accablent, la route reprise vers Solana plus étroite encore. Enfin Manzanarès, non pas de Madrid mais de Calatrava. Le centre est partout et nulle part comme Dieu, sauf auprès de l'église et de l' ayuntamiento : une place, un massif, des lumières. Un café, du vacarme. Les bières du soir, la 4L à deux pas – je dormirai dans la rue. Pour commencer je lis ma trinité, Chateaubriand, Balzac, Flaubert, en tout temps en tout lieu. Deu

Bizarreries du Massif Central

Image
Cette génération antérieure vient de disparaître, deux ans avant cette histoire. Sitôt après sa mort, le godassier François manifestera de grandes dispositions à la relation amoureuse, comme si en vérité un couvercle lui avait été ôté de sur le sexe, comme ce capuchon que l'on enlève de sur la tête du faucon. Sa maîtresse allemande est une Mertzmüller, des meilleures familles, blonde, à tresses, et strip-teaseuse, de ce métier qui ne laisse guère le choix à ses pratiquantes que l'abstinence - lui, François Nau, marchand de chaussures à Vergt-de-Périgord, est parvenu à s'attirer les bonnes grâces d'une telle créature, une artiste. Lui, le raté de la famille ("...ton frère qui a obtenu son diplôme de médecine !"), a tombé l'une des plus belles filles de France - et la mère, sans jalousie, demeure en bons termes avec son fils, l'admirant secrètement peut-être plus que l'autre ; nul ne niera qu'il est plus facile, à bien y regarde