Articles

Affichage des articles du janvier, 2016

Trouble obsessionnel divin par Farel

Image
    La description que nous tachons à vous transmettre n'en est pas une. Il ne s'agit que d'une main, sans nom d'auteur, d'où je suppose que l'auteur l'a dessinée elle-même. Ses doigts sont longs et repliés, délicats comme on imagine ceux d'un pianiste (qui parfois les ont boudinés, comme le Chilien Claudio Arrau). Sans connaissances anatomiques, nous avons l'impression toutefois que le croquis pèche par inexactitude : doigts grêles aux pliures trop aiguës, l'auriculaire dépassant vers le bas, les quatre ongles de même allongés et d'un ovale extrêmement soigné comme ceux d'une femme. Le pouce en revanche, puissamment phallique auquel  ne manque ni le gland ni les bourses, pénis petit mais trapu, évoque l'homme, le sculpteur, le modeleur, le démiurge, disons Dieu le Père.     En dessous, un repli horizontal vaguement vulvaire. Tout de la main qui se tend vers Adam sur le plafond de la Sixteen. Mais la sécheresse générale du trait, mala

Ecartèlement

Image
ECARTELEMENT Lieux communs     L'écartèlement es t une pratique barbare, consistant à tirer un corps par ses quatre membres, au bout desquels on attelle quatre chevaux vigoureux. Ce supplice, datant du Moyen-Âge, fut remis en honneur par le grand, par le généreux souverain François Ier, "maître des lettres et des arts". Les plus célèbres sont ceux de Ganelon, traître imaginé par l'auteur de la Chanson de Roland ; Jacques Clément, moine, qui poignarda Henri III ;  Ravaillac, assassin d'Henri IV, fut mené au supplice en tombereau à ordure, au milieu d'une foule absolument déchaînée. Il fit revenir sur eux-mêmes, par un effort herculéen, les quatre chevaux qui le tiraient.        L'écartèlement était donc le châtiment réservé aux régicides. Le peuple applaudissait au premier membre détaché :bravo les chevaux ! Nous supposons hélas que d'autres supplices du même genre furent perpétrés au milieu des paris et des masturbations.     Nous pourrions ab

Amours

Image
R. 66  Djanem craint de se retrouver seule : mais il la séquestre à tel point que, même flattée, elle sera soulagée de se voir enfin quitter. Plutôt vivre isolée que soumise à un tel espionnage. Il la serre au cul sitôt qu'elle s'approche de l'ordinateur, où Dieu merci nous avons ménagé une petite niche. Mais elle a joué la carte de la réconciliation conjugale, dès qu'elle a parfaitement compris que je ne dévierais pas plus qu'elle-même de ma fidélité.  A présent plus moyen de revenir en arrière, de refaire de grands serments. Je suis allé trouver cet homme.  C'est moins de moi qu'il est jaloux que d'elle : plus encore - possessif. Plus fin dans ses déductions que je n'aurais cru. Ce couple s'entend bien, car il s'entretient de sa propre  santé dans ses conversations : «Vous devez faire parfois le point sur l'état de vos relations, de vos évolutions. » Cela figure dans les conseils aux couples en difficulté». J'ai donc affaire à forte

Les clippers de papa

Image
LA VOILE JAUNE (ce n'est pas un clipper) tableau d'Anne Jalevski     Auditeurs de toujours, beaux, invisibles, présences suspendues dans les auras, bonjour. Vous êtes invités à l'évasion maritime, côtière et grecque, par l'entremise exquise d'un livre de marine, d'un concerto alpin du haut duquel on voit la mer, d'une abondante utilisation du grec folklorique id est Théodorakis, et d'un feuilleton bretonno-gallois. Nous vous présentons deux enfants de VVS, suivis, après la mer, par Marie-Andrée.         / Audition d'une paire de disques et d'une bande /     Dans une collection qui ne se trouve que par souscription, nous avons lu du facile à lire et du facile à commenter. Les clippers, collection "La grande aventure de la mer", chez "Time-Life", prononcez "timlif" – tout ce que vous avez voulu savoir sur la mer et les bateaux à voile sans jamais oser le demander. Les clippers, c'étaient, de 1840 à 1880, de gr

3 = mars

Image
53 03 18                             A     Sonia  est appuyée sur un gros mur de séparation, où elle lit ou bien prend des notes. Jel ui fait remarquer que notre chat passe la tête, très haut, par l'ouverture située au sommet d'un tronc d'arbre incliné. Cet arbre a été coupé. Il serait possible d'atteindre le tronc, et, en prenant des risques, de s'élever en oblique jusqu'au chat. David est présent à la scène. Je ne puis grimper, étant en pantoufles.                                Partisan de Sarkozy, que je viens de voir, j'assiste debout à une réunion, sorte de conseil des Ministres présidé par Chirac. Ce dernier démolit un rapport rédigé à sa demande par Sarkozy, rapport dont certaines parties sont restées ébauchées. Il m'interpelle : « Bernard lui disait C'est l'aube ! à dix heures du matin ! » et chacun de rire. Je lui avais dit cela en effet en le croisant, mais pour lui faire  observer que j'avais parcouru ce rapport, dont une partie

Effusions

Image
    LIEUX COMMUNS     Les effusions, quand elles  ne sont pas de sang, représentent la chose la plus embarrassante à l'occasion des funérailles. Chacun arbore une tête de circonstance ou d'enterrement, mais des sanglots se font entendre, parfois mêmes des comportement, qui, cela se comprend, s'écartent considérablement de la dignité. Je revois encore à Paris cette veuve soutenue de part et d'autre au sommet d'un perron d'église, qui dans le soleil semblait aux prises avec une irrésistible crise de fou-rire, alors que rien n'était plus atroce que sa douleur. Tant le rire et les larmes, tous deux propres de l'homme, se ressemblent. Le rire proprement dit n'est pas rare.     Même, il m'a fallu éviter à tout prix un blagueur, qui tenait à tout prix à me fourguer son dernier stock de blagues de macchabées. A l'inverse, Mallarmé à cnq ans dut se forcer à pleurer de toutes ses forces à l'enterrement de sa grand-mère, alors qu'il ne ressent

L'horreur économique

Image
Disons, si j'ai bien compris, que Viviane Forrester nous invite à ne plus nous en sentir déshonorés. Mais alors, il faudrait que nous ayons une allocation de subsistance, disons d'existence : tout être humain vivant aurait de ce fait droit à une pension, je dirais même d'indemnité, car ce n'est pas marrant d'être vivant puisqu'on doit crever. Elle nous invite en somme à une reconversion des esprits, analogue à l'esprit soixante-huitard - nous y revoilà : on l'accuse aussi de cela, le "soixante-huitardisme dépassé" - qu'est-ce que c'est que ces idées qu'on dit "dépassées", mais qui n'en finissent pas de remonter à la surface ? Moi je ne m'y connais pas en affaires, mais en éducation nationale. Or il se trouve que j'ai perçu avec un grand grincement de dents, et de façon bien plus palpable, les contradictions de Viviane Forrester au sujet de cette noble institution. En effet, elle déplore à la fois qu'une pa

Le violeur fantôme

Image
Alors, Hans bascule :  J'ai basculé dans un espace (Hans se prépare à ânonner une leçon) – un espace où je n'étais pas moi ». Tous les criminologues connaissent la question, et les prisons sont peuplées d'innocents : S'y déployaient (dans cet espace) tous les endroits, y ressuscitaient, me conféraient le sentiment d'ubiquité, tous les états de grâce – tiens donc ! - toutes les découvertes, grandes et petites, de ma courte vie d'adolescent. Y compris sans doute cette si délicate approche, toute jeune encore, émouvante et fringante, n'est-ce pas. S'il a violé, c'est que tout l'a entraîné vers cet apex, vers cette culmination, où l'univers entier a participé. Permettons donc à ce héros de balbutier, d'ânonner, sans croire véritablement à ce qu'il dit : J'y étais présent, comme je le suis ce soir à vos côtés. (« Ni en transe ni en contemplation »?) - non. Ce n'est pas cette carte qu'il joue. Mais celle du détachement, du déd

Enfin !

Image
Enfin ça bouge dans notre Europe écouillée : à la Westbahnhof de Vienne, près de laquelle j'ai habité en 80-82, des Afghans se sont fait sévèrement tabasser par la foule, spontanément, parce qu'ils voulaient voler en groupe des téléphones portables. Intervention directe de la police, qui a osé arrêter des Afghans. En Suède, on aurait arrêté les Suédois ! en vérité je vous le dit poil au vit, l'aventure est au coin de la rue, on va se casser la gueule, et certains discours, comme c'est curieux, commencent à se faire tout doux, tout doux (exemple : "Il est normal qu'arrivés aux frontières et se faisant refouler ils s'énervent un peu, les pauvres réfugiés". Bravo l'Autriche, bravo le Danemark, allez l'Allemagne, un peu de jus de testicules que diable... Ca, c'est un cardinal. Peut-être de Carcassonne.

Un humain trop humain

Image
    Cet homme mûr que je suis se figure déjà des propos ambigus, de ces marivaudages où l'un et l'autre savent à quoi s'en tenir mais prennent leurs assurances. Je l'ai regardée de haut tandis qu'elle s'applique à lire. Et d'en bas ses yeux à leur tour se sont levés. Je lui adressais précisément l'un de mes regards les plus expressifs. Comme il en adressait parfois dans la rue désespérément aux filles, lui sexagénaire.De Djanem à lui-même règnent  17 ans d'écart, il avait l'Âge du Jeu de l'Oie, soixante-trois cases.     Un jour le mari, mystérieux, chuchotant, se glisse près d'eux dans la cuisine - « Ne vous dérangez pas » - sous prétexte d'un couteau. Je m'avise de l'inviter à l'un de nos cours. Du Yourcenar qu'il écoute avec attention et amusement. Elle se tourne vers lui avant de répondre. “Ce n'est pas vers lui qu'il faut vous tourner, mais vers moi”. J'apprends ensuite l'ivrognerie de ce mari, ain

Du Maroc à ta bouche

Image
62 07 15 B     Avec T., au Maroc. Je reviens d'un guichet où une jeune femme m'a remis un ordinateur en forme d'équerre et de règle, pour que je cesse d'oublier un rapport quotidien de tous mes élèves à propos de leur situation avec la Sécurité Sociale. Je la remercie trop, elle me lance un regard lourd et excédé. En compagnie de Zink, transformé en T., au sommet d'un immense bateau, le paysage est vivement coloré mais nous  ne faisons que parler. Ses pieds sur mon giron évitent mon sexe. La fille qui nous a introduits là-haut vient nous rechercher : "Il faut bien qu'on se reproduise". Elle sourit d'un air entendu. Nous avions tant de choses à nous dire, ne nous étant pas revus depuis des mois : "Au Maroc de 14 à 18 ans, avec mes parents, ce n'était pas drôle".     Quelques falaises, mer bleu turquoise. Nous avions négligé de regarder le paysage. Sur le pont, j'esquisse des rythmes arabes, une fatma devant moi marque le rythme av

Bingen, bingo !

Image
Ces siècles morts, à l'exception grandiose des cathédrales, revivront sans doute, pourvu que le christianisme se débarrasse des Bons Dieux à barbe blanche et autres malsains trifouilleurs de slips : c'est à nous seuls de tracer notre chemin. Pour accéder sinon à la religion, du moins aux visées dépassant la condition humaine, faculté propre à notre espèce jusqu'à présent, reconnue par Pierre Leroux qui fut pourtant le premier socialiste, certains ont besoin de Bouddha, d'autres de Mahomet, d'autres du Christ. Or, en dépit de mon attirance pour le judaïsme, c'est dans le Christ que j'ai vécu et incarné mes plus vives culpabilités, pour désormais les conchier. Pourtant je suis resté brisé, au point de m'interdire désormais toute action, sauf pour m'empêcher d'être fou et de déchoir.     C'est de vous que je parle évidemment. Il me suffit, pour avoir raison, de remplacer le verbe "faire", si fréquent chez Hildegarde, par le verbe &quo

Incertitude et campagne

Image
R. 63 c'est cela ? écris, écris. Pas à toi d'en juger.  Ces  fameux reproches, tous violents, tous inoubliables, à présent fondues en un seul et vague souvenir, ces faux départs de jalousies à géométrie variable  - je ne souffre plus, ai-je jamais souffert. Le Meusien : toujours à moi de comprendre en quoi je suis coupable, de bien me pénétrer, m'imbiber de culpabilité - puis sans aucune transition ces démonstrations d'amour et de désir à rendre dingue. Pourrais-je simplement tirer mon coup et disparaître ? Toutes  m'imposeraient de toute façon leur parcours du combattant, le tir de barrage qu'elles déclenchent toutes : aucune échappatoire, absolument rien d'exceptionnel, toujours les combats de gosses à coups de râteau de plastique.     Des “femmes faciles” ? n'existent, quant à elles, que dans les fantasmes, en particulier ceux des journalistes, surtout ceux des magazines féminins  - les femmes seraint donc des hommes comme les autres ? Quant aux ma