Articles

Affichage des articles du décembre, 2015

La rue Constantin

Image

Duchemin, Hildegrade

Image
    Le père Pierre Dumoulin, tout frais tout rose au-dessus de son col ecclésiastique, s'efface avec conviction derrière son auguste modèle, Hildegarde de Bingen, que nous nous obstinerons à nommer en allemand, vu la disgraciosité de la séquence HildegarDE DE Bingen : elle a vécu au XIIe siècle dans le Palatinat, terre allemande malgré les convoitises capétiennes, et fonda là une abbaye de femmes, dirigée par elle-même, ce qui privait les religieux masculins des biens abondants des postulantes nobles et riches. Elle fut donc, à sa manière, féministe. Elle fut aussi, à sa manière, écologiste, recommandant une quantité de plantes médicinales favorables au maintien de la santé.     Elle appliqua l'admirable devise de saint Benoît, Ora et labora, Prie et travaille. Elle suscita le respect de tous, et fut inscrite au nombre des Docteurs de l'Eglise  le 7 octobre 2012, ce qui démolit les assertions stupides selon lesquelles seul le présent vaut quelque chose : l'Eglise ne reg

Discours de Lysias l'Obscur

Image
    « Il a dû être prononcé devant un tribunal présidé, cette fois encore, par les syndics, en – 388 ou 387. Je repense à Véra, et aux innombrables conflits qu'elle provoque. Voir p. 18,phrase 4 – ce qui me mène p. 21 :      Καίτοι τούτο γε παντί εύγνοστον, ότι ουκ άν παραλιπόντες, εί τι άλλο τών Εράτωνος οίόν τε ήν δημεύειν , ώς όντα Εράτωνος απέγραφον καί ά εγώ πολύν ήδη χρόνον κέκτήμαι. « Et pourtant cela est connu de chacun, qu'ils n'auraient pas abandonné, si quelque chose d'autre des biens d'Eratonos était capable d'accuser, comme étant d'Eratonos, et que je possédais depuis longtemps déjà. » - et encore, j'ai amélioré, peut-être ! le brouillon.  Voilà qui manque évidemment de clarté... 60 1 18     La clarté sera-t-elle rendue plus  de trois ans après ? Lysias et moi-même poursuivons notre second volume, où les discours se succèdent. Au moins celui-ci, « Sur la fortune d'Aristophane » , qui n'est pas le même, n'en manque-t-il pas sur un

Repères d'un temps de ruines

Image
35 Les Vandales prennent Rome, mais il n'y a plus de sauveur comme autrefois ! Plus de Scaevola, plus de Coclès !  Défaite temporaire des Vandales en Corse. 36 Couronnement et chute d'Avitus, père de Papianilla, Sidoine se replie sur l'Auvergne. 37 Avitus, putassier, se fait dégommer. Sidoine entonne les louanges du successeur, empoisonné par Ricimer. 38     Plus de noblesse ? soit, l"Eglise. Les grands auteurs réduits à l'anecdote, à la devinette. Ne pas oublier que la préciosité est en germe dans le principe de la poésie latine, à la métrique importée de Grèce. Rome survient per aethra, c'est en vérité trop de pathos. Plus tard, dégoulinades sacristaines... 

Neuvième description de mon bureau

Image
    « Ce que je vois ». Choses vues, dirait Victor Hugo. Un actif, participant de la vie publique et politique. Pour nous, un simple bureau, toujours le même, toujours encombré, à partir duquel dans le décor duquel, nous reconstituons le monde dérisoire et construisons nos pensées qui ne le sont pas moins. Nous fuyons plus que jamais cette marmelade humaine, ces entremêlements de supplications, d'action s d'éclat, d'amendements et d'atermoiements, qui sont les mouvements même de l'espèce humaine : s'ils s'arrêtaient, toute la société des hommes se figerait, s'effondrerait. Nous le voyons en lisant ce grand ouvrage de Soria sur la Révolution française : ce ne sont, comme d'habitudes, que sombres magouilles et mensonges, avec des traits de foudre.     Je n'en ai pas été capable, ou plutôt j'ai frayé mon chemin sous les pluies de pierres, et à présent je fuis, je jouis. C'est monotone, c'est mortel. Mais c'est là. Il paraît que j'

Ce soir, on improvise

Image
JE voudrais savoir ce qui serait advenu de MOI si JE avais été ROI. La même chose qu'à Christian VII de Danemark, esprit faible, qui dut signer la condamnation à mort de son favori, lui-même profondément méprisé en dépit des réformes qu'il promulgua. Il est facile aujourd'hui de savoir que Voltaire avait raison. QUI a raison à présent ? Pourquoi sommes-nous si aveugles, tous, le nez dans nos guidons ? Pourquoi toutes les sottises trouvent-elles leurs défenseurs ? Pourquoi s'obstine-t-on a TUER d'un pôle à l'autre ? Qui nous délivrera des victimes passées ? des péchés passés ? qui fera que ce qui fut n'ait pas été ? JE T'EN POSE DES QUESTIONS ? Est-ce que ce n'est pas bientôt fini, ces dix-sept ans à vie ? 

Virée jazz avec Vian

Image
Je n'ai pas eu le temps de dîner complètement, j'ai mangé une assiettée de soupe, j'ai dit bonsoir et je suis parti. Il faisait tiédasse, c'était encore le chemin de mon bureau, je travaille aussi rue Notoire-du-Vidame. Martin m'a dit : - On sera payé juste après avoir joué. » Donc le Martin sait le français. Mais pour se parler de jazz, on utilise l'anglais, comme un code secret de confrérie. « J'aimais mieux ça ; d'habitude, à la Croix-Rouge, ils vous font attendre des semaines pour vous payer, et il faut aller rue Caumartin, ce n'est pas pratique avec Miqueut. Je n'aimais pas l'idée d'aller rejouer avec Martin, il est trop fort au piano, c'est un professionnel, et il râle quand on ne joue pas bien. S'il ne voulait pas de moi il ne m'aurait pas téléphoné. Sûrement il y aurait aussi Heinz Neuman. » Jazzmen de tous les pays, unissez-vous.     Le langage de Boris Vian est une langue populaire qu'il a revisitée, encore qu

Sanal Katt

Image
HARDT KOHN-LILIOM 4 Avenue Victoria 33700 MERIGNAC    Courriel colber1@free.fr N° X 183pipi097                                 CANALSAT                                 Service Clients                                 95905 CERGY-PONTOISE cedex 9             Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, A mon profond regret je signale à vos Honorables Services que le montant de 34,90€ a déjà été payé par mes misérables soins (chèque n° 0000caca34 tiré sur la Société Générale, à la date du 10 ou du 11 septembre 2014). Désormais, vos prélèvements devront s'effectuer sur le nouveau numéro de compte, ci-joint.     Sentiments mitigés.

Le représentant : défense et fuite

Image
Le représentant aspire à pleins naseaux. Gretel pose cinq bols en marmonnant, l'assiette garnie de sucre. Une allumette, un froufrou de flammes où coulent des galères sous les lèvres qui serpentent d'une fossette à l'autre ; et dans leurs cheveux des mèches couleur étain, blafardes - à hauteur des yeux, le puits des orbites. Kirsch cognac ça jure. Panne de citron - Faut tout finir -     "Quand' jo te foutch la mano al culo...     - Pas celle-là, pas celle-là !     L'homme frappe du poing : Moi j'en connais une ! Voix pâteuse. Il se hisse sur la chaise, les vieilles s'agrippent en pouffant comme on vesse ; les tifs de l'homme se collent sur son front de petit taureau ridicule – qui se rattrape, à quatre pattes sur la table, Gretel rumine, Soupov pèse à deux mains. Le représentant se redresse à genoux, hagard, les yeux rouges et la bouche torve sous l'abat-jour blanc : Je vais vous en pousser une bonne.  La Soupov écarquille les yeux. Quelle hont

Vian, "Le loup-garou"

Image
     Salut arnaqueurs à la noix, nous pouvons dire de Boris Vian ce que Dieu sait quel costume-cravate disait de Balzac, « On ne relit pas un livre de Boris Vian, on en lit un autre ». Boris, qui n'avait rien de russe (il portait le prénom de Godounov) mais de niçois, écrivit si abondamment qu'on se demande quand il prenait le temps de pisser. De plus ce fut un remarquable mathématicien et physicien, un rigolo, un pressé, un tachycardique mort à 39 ans d'une arythmie cardiaque, encensé, oublié, ressuscité. Ancêtre dans ce Loup-Garou, que nous écorchons ici, des pires abracadranteries à la Hara-Kiri, vulgarité en moins. Ce sont peut-être des fonds de tiroir, mais des bribes de Vian, tout de même, chanteur, nouvelliste, et j'en passe.     Tout a été dit ; j'ai lu, j'ai oublié, je me suis ressouvenu,  tenez : le voyage du Major, un vrai pote à lui, à travers toute la France à bord d'une voiture de 1927, et qui ne peut s'empêcher de foncer sur toutes les pou

Dernières fumées maïmonidiennes

Image
     Rien n'amuse plus que ces contraintes posées par ces ouvragistes de l'Oulipo, souvent estimées "des enfantillages" : lire ainsi les Index réserve des surprises, de contraignants "retours en arrière". Mendelssohn le père, le rabbin, surgit-il en 47e position, il fut nous reporter à toutes ses références dans le livre de Léo Strauss, Maïmonide, "le fils du singe". Mendelssohn Groszvater suivait ainsi certains "théoriciens du droit naturel moderne" : nous étions en pleine haskalah, forme juive de l'Aufklärung ou Siècles des Lumières. Or, notre autodidacte comment une erreur : il traduit, à la suite de ces théoriciens, hanhagat ham-medinah par "Polizei".     C'est plus exactement "la bonne organisation de la cité", la "politéïa" de la "polis", de la ville. L'expression "la bonne police de la cité" ne saurait être extraite de son contexte postplatonicien.    Le rabbin Moses Men

A vau-l'eau

Image
62 05 08        Me retrouve dans un passage privé à l'intérieur d''une maison, n'ose boire à un robinet d'eau sale coulant dans une cuvette, me renseigne auprès du propriétaire. Beau Basque aimable et costaud. Je me tiens, de la tête, au plafond bas, prétextant ne pas me sentir bien pour excuser mon indiscrétion. Il se trouve tout près de la frontière (« ...qui passe par ce couloir ? - Tout de même pas »). Il m'explique l'itinéraire, je trouverai les panneaux. Mais je ne comprends pas grand-chose. A présent j'essaierais peut-être de rejoindre le groupe.   62 05 17     Sortant du lycée d'Andernos, dont les herbes ont poussé, je rencontre Mme Brust qui raconte à l'une de ses amies qu'un type a voulu sortir de l'enceinte broussailleuse à l'aide d'une masse contre le fil de fer de clôture. Je gagne ensuite la ville le long de la route, où la nuit tombe rapidement. J'éteins ma torche et marche sur le bas-côté. Dans a ville se tient

Contes populaires russes

Image
    Dobrüi viètcher ! Ce soir, nous allons écorcher du russe, et sans qu'il soit un instant question de Poutine ; ce dernier cependant, aussi bizarre que cela puisse paraître, a bien dû lui aussi, étant petit garçon, se délecter des contes murmurés par sa maman, ses grands-mères ou qui vous voudrez, de ces histoires loufoques inventées au cours des siècles par la fantaisie et la tendresse de Russie. Nous avons ici un tout petit livre aux dimensions de 105 x 137 mm, cartonné, maniable, remarquablement illustré, totalement écrit en russe et sans traduction, atterri Lénine sait comment sur feu notre beau marché de St-Michel. Or ma connaissance du russe ne dépasse pas le déchiffrement de l'alphabet cyrillique et le piochage effréné dans le dictionnaire.        Nous aurons donc par exemple l'histoire de Sniégourotchka, la jeune fille en neige qui fond au printemps, de la souffre-douleur d'une vieille femme qui envoie sa petite-fille ramasser du bois dans le froid glacial e

Le cantique de Memeia

Image
     Couverture sombre, d'un bleu gris passé. Le titre en capitales blanches au centre d'un cercle également blanc : Le cantique de Meméia dans l'édition française.  En brésilien, c'est "Le moineau est un oiseau bleu". Ici donc un bleu fuligineux, quasi sfumato, à peine éclairci en descendant les motifs de la page. C'est d'abord un livre ou une brochure, ouverte, montrant d'un côté une brave fille qui s'exhibe, en soutien-gorge au ras des aréoles et culotte en V couvrant à peine les genitala, faisant tout son possibe, jambes écartées sur un drap froissé, pour avoir l'air d'une pute (tête renversée, longues chevelure négligemment bouclée), bras dans le dos écartant un corsage noir, et de l'autre, à notre droite, une vierge couronnée à la tête baissée, plus enveloppée de voiles qu'on ne peut faire, au centre d'une mandorle sur fond d'étroite "gloire".     Le contraste voulu se voit contredit par ce camaïeu de vl

José Cabanis

Image
    Pourquoi Saint-Simon est-il admirable ? Parce qu'il est digne d'être remarqué les yeux grands ouverts. Tel est le sens étymologique de cet adjectif. Saint-Simon a observé à distance la cour de Louis XIV. A la distance du temps : il relate les évènements avec plusieurs années de distance. A distance de préjugés : ce noble récent (ce n'est que de son père que date l'anoblissement de sa famille) n'admettait pas que d'autres usurpassent ce haut rang. A distance d'impuissance enfin: en dépit de ses efforts dans ses Mémoires, le duc ne parvient pas à  nous persuader de l'importance de son rôle à la cour de Versailles. Louis XIV l'aimait peu, l'estimant plus intrigant et plus turbulent qu'un moustique, et pour tout dire, plus royaliste que le roi.     En effet, alors que le souverain s'était parfaitement rendu compte que l'on ne pouvait continuer de tenir à l'écart du gouvernement la classe de plus en plus possédante du royaume, c&

L'usurpateur, de Vaes

Image
    Il faut se faire un shampoing. Le « e » de « Vaes », en flamand, sert à prolonger la voyelle précédente, comme dans Olivier Everaert de Velt. Nous prononcerons donc « vââss ». L'usurpateur constitue un piège : pour le lecteur, et pour le héros. Celui qui lit (celle, 46 ans d'âge moyen) se trouve englué dans une langue accadémique parfaite, engluée de préciosités, exaspérante d'exactitude dans le nom, le verbe et l'adjectif, si bien qu'on cherche ce qu'il dit après qu'il a parlé. C'est une attention perpétuelle, une course d'obstacles (à peine en vient-il un qu'un autre se profile), et l'on admire la roue de ce paon, tandis que se dilue le sens et jusqu'au sentiment. Voici un violeur, demeuré impuni parce que la guerre en 1940 a tout effacé, et que l'on avait bien d'autres choses à faire ensuite que de mener l'enquête.     Notre violeur est obsédé par le remords (on peut le comprendre) et cherche à comprendre ce qui s'