21.10.12

Mourir pour Dantzig, non, mais tout de même...

Il continue : « Le réel! Le réel ! Il y en a vingt, cent, un million deux cent six mille. Le réel du natif de Paris par rapport à celui de Toulouse, en encore, quel Paris, celui du VIIe, mais quel VIIe, le Gros-Caillou ou Rue du Bac, et Toulouse, Toulouse – rue Ozenne ou Toulouse – La Ramée, et... Il y a autant de réels que de songes. On ne peut pas opposer le réel à la fiction, car la fiction est aussi réelle, dans nos esprits, que ce qu'on appelle « le réel », et qu'on confond avec la vie matérielle » - concon ? vous avez dit « concon » ? espèreriez-vous, par la médiocrité de votre style, jeter un voile sur le confort de votre conformisme ? « La réalité artistique s'ajoute à la réalité matérielle pour composer la vie, spirituelle plus matérielle » - décidément, il est bien difficile d'être original. « Le réel de l'art est si réel que l'art ne naît pas de la vie, mais de l'art.
« L'espèce de maniaquerie qui fait voir à chaque écrivain des détails que les autres ne voient pas le persuade parfois qu'il est le seul à décrire « le réel ». Or, le monde est fait d''évidences que les autres ignorent, et chacun ne décrit que les siennes. Balzac est un réel, Tolstoï est un réel, Beckett est un réel, Moravia est un réel, la littérature a plusieurs réalités, la littérature a plusieurs réalités, comme la vie. On devrait dire : les réalités. « D'ailleurs, Balzac. C'est un des plus féeriques. Les grands réalistes, comme lui, ou Zola, écrivent des romans où la vie est remplacée. Dans Zola, elle finit même par devenir un COLLIGNON HARDT VANDEKEENLUMIERES, LUMIERES 03 06 57 DANTZIG DICTIONNAIRE EGOÏSTE DE LITTERATURE FRANÇAISE 8 symbole. « Dans la bouche des adorateurs du réel, la plupart du temps, le réel est de la boue. Or le réel peut être gai, léger, mercurien, aussi. Chut, ils accourent en aboyant : « Le réel ! Le réel ! » Vous en avez votre claque ? Moi aussi. Ah, mais c'est un bouquin de grosses dimensions. L'auteur va vous parler des REGLES, à présent. Pour dire qu'il n'y en a pas. D'autres lieux communs habillés d'oripeaux stylistiques. « L'histoire de la littérature est une succession de règles renversées et d'irrégularités devenues régulières jusqu'à ce qu'elles mêmes soient renversées pour le grand bien de tous. » Rassurez-vous, Monsieur l'auteur, il n'y en a plus du tout maintenant. Sauf pour les éditeurs qui veulent refuser un manuscrit. Pléonasme. « La terre est un cerveau qui s'arrange pour éviter la nécrose. »  Comprends pas. Tu ne voulais pas dire « la littérature », par hasard ? « La règle disait ; il est impossible d'inclure de l'essai à l'intérieur d'un roman. Hugo écrit Notre-Dame de Paris et Les Misérables : c'est possible. La règle disait : il faut que l'entrée dans le roman soit brève. Balzac écrit Le père Goriot, dont l'entrée a cent dix pages : c'est possible. La règle disait : pas de digressions, et d'autant moins dans les livres courts. Dans Fermina Márquez, sur cent cinquante pages, Larbaud en offre huit au personnage de Léniot pour une tirade sur la latinité » ( souviens plus) : « possible. La règle disait : pas de vers de plus de douze pieds, pas d'hiatus » (et non pas « de Hiatus », bande d'assassins - « Ah mais j'ai toujours dit « un Hiatus » - Et moi j'ai toujours dit « Ta gueule » - « de la rime. Laforgue fait l'opposé des trois : trois fois possible. Le curieux est que, après cela, il reste des gens pour dire qu'il existe des règles, soit qu'ils les prônent, soit qu'ils les attaquent. Les règles ou les antirègles n'existent que pour ceux qui y croient. Ça fait du monde. » - conformisme de l'auteur, c'est bien ce que je disais. « Qui édicte les règles ? Quelle est la raison esthétiquement démontrable de l'interdiction d'introduire un nouveau personnage dans la dernière partie d'un roman, par exemple ? L'admiration. Tel bon livre procède de telle façon, et nous voulons que tous les autres l'imitent. »Merde. Putain. Chiottes. « L'habitude. La paresse. L'irréflexion. L'indifférence. La passion d'obéir. Résumé : l'amour. » Plat plat plat plat. « Certains hommes adorent se soumettre à l'arbitraire » - oui, à l'Oulipo, et ce n'est pas plus mal, bien entendu, mais ce n'est pas d'eux qu'il s'agit ici. Je ne vois pas d'ailleurs que Dantzig, l'auteur, se soit attaqué à cette école ni à Perec. Bizarre. « Ce sont ceux qui écrivent les romans bien construits que je ne peux pas lire. A la recherche du temps perdu n'est pas bien construit. Gatsby le COLLIGNON HARDT VANDEKEENLUMIERES, LUMIERES 03 06 57 DANTZIG DICTIONNAIRE EGOÏSTE DE LITTERATURE FRANÇAISE 9 magnifique n'est pas bien construit. » (pas lu). «Le Père Goriot n'est pas bien construit. » - hein, Monsieur Dantzig, HEIN ! A part les cent premières pages, c'est un véritable mécanisme d'horlogerie ! Ça va pas, non ?

Aucun commentaire: